mardi 15 novembre 2016

Vol à l'église de Cosprons en 1881

Le voleur n'était heureusement pas bien malin

Dans la partie méridionale de la commune de Port-Vendres, à l'intérieur des terres, se trouve le hameau de Cosprons, en surplomb de l'anse de Paulilles. On y trouve une petite église romane dédiée à sainte Marie, construite au XIIème ou XIIIème siècle. Le journal La Publicité, dans son édition du 30 juillet 1881, nous informe qu'elle a été victime, à nouveau, d'un cambriolage. On s'active alors pour retrouver le coupable et les objets manquants.

Vieux papiers des Pyrénées-Orientales
L'église Sainte-Marie de Cosprons


Dimanche matin, 24, les habitants du village de Cosperons constataient, pour la deuxième fois, le vol sacrilège de leur église. Des bandits s'étaient introduits dans la chapelle, en soulevant le verrou intérieur par une ouverture de la porte de fer. On a pillé les troncs où étaient contenues les quêtes de l'enterrement de la veille ; un ornement sacerdotal et le calice ont également été enlevés. Le lendemain lundi, le bruit a couru à Banyuls que l'auteur du brigandage sacrilège avait été découvert et arrêté. Le proverbe catalan dit vrai :

Lo domini fa l'obra,
Ell mateix la dascobra !

Un inconnu se rendait en Espagne par le col de Banyuls en compagnie d'un habitant de Rabos. Arrivés sur le territoire espagnol, nos deux camarades jugèrent à propos de se rafraîchir à une fontaine d'eau glacée. L'inconnu tira, paraît-il, une coupe de calice pour boire et la présenta ensuite à son compagnon qui refusa de s'en servir, mais qui, ayant appris le matin même à Banyuls, le crime de Cosperons, signala l'inconnu aux gendarmes de Rabos. Il est actuellement sous les verrous et l'on attend son extradition, car le coupable est sous le coup d'un délit de droit commun.

Le trajet du cambrioleur


Au sud de Port-Vendres se trouve Banyuls-sur-Mer, commune frontalière que le voleur a donc logiquement traversée pour retourner se mettre à l'abri dans son pays (du moins le croyait-il). Depuis Cosprons [point vert], le chemin est direct vers le col de Banyuls (altitude : 361 m) [point rouge] qu'il faut atteindre pour traverser le massif des Albères et la frontière. Il y a tout de même 14 km à faire à pied, qu'un bon marcheur peut faire sans problème en moins de trois heures.  Arrivé au col, notre voleur pouvait alors se diriger vers les villages d'Espolla ou de Rabós, situés sur le versant sud des Albères.

Vieux papiers des Pyrénées-Orientales
Le chemin depuis Cosprons jusqu'au Col de Banyuls


Cosprons ou Cosperons ?


On note que le journaliste utilise pour désigner le hameau le nom de Cosperons.  Malgré les apparences, ce n'est pas une erreur. En effet, même si la forme que l'on utilise aujourd'hui, Cosprons, existe au moins depuis le XVIème siècle (après avoir évolué depuis Collis Profundis, « Cols profonds », que l'on relève en 1197), elle est en concurrence durant les XVIIème et XVIIIème siècles avec celle de Cosperons, rappel du Cos Peron que l'on trouve parmi d'autres variantes du nom au XIVème siècle pour désigner ce lieu. Cet article montre qu'en 1881, l'usage semble encore hésiter entre les deux formes.

Sources
Article : La Publicité du 30 juillet 1881 [domaine public], via le fonds numérisé de la Médiathèque de Perpignan
Toponymie : Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t.1, Prades, Revista Terra Nostra, 1990

Illustrations
Photo : El Caro [cc-by-sa] via Wikimedia Commons
Carte : Les contributeurs d'OpenStreetMap [cc-by-sa]

Tous les articles à propos de Port-Vendres sur ce blog sont à relire ici.


Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner
en bas à droite de cette page dans la section Membres.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire