vendredi 31 mars 2017

Voleurs de poules à Réal en 1883

En 1883, la petite commune rurale de Réal, située en Capcir et dans la haute vallée de l'Aude, est encore peuplée  d'un peu plus de 250 habitants (contre 64 déclarés en 2014). On peut lire dans Le Progrès : journal de l'arrondissement de Prades du 17 février 1883 le compte-rendu d'un procès tenu au tribunal de Prades le 15 février 1883.

Il ne s'agit que d'une banale affaire de voleurs de poules (ou plutôt d'apprentis voleurs n'étant pas arrivés à leurs fins), mais le récit qui en est fait par le journaliste, outre le fait d'être assez divertissant, révèle aussi maints aspects des habitants de la région à l'époque, vivant pauvrement, sans doute assez peu éduqués et au français parfois approximatif, ce dernier point étant un handicap certain face à l'autorité d'un juge de la République. Malgré tout le tribunal, peut-être las de devoir juger ce genre de peccadilles, se révèle ici relativement clément avec les prévenus, dont c'était par ailleurs le premier écart à la loi.

Vieux papiers des Pyrénées-Orientales
Vue de Réal depuis l'ouest


Tribunal correctionel de Prades
Audience du 15 février 1883
Présidence de M. Morin
Ministère public : M. Ricateau, Substitut.

Excès de gourmandise .- Nous ne trouvons pas d'autre qualificatif pour dénommer l'aventure de deux jeunes gens gourmands de Réal, Michel B. et Barthélémy D.
Le 15 novembre dernier, on ne sait quel démon les poussait à convoiter les poules de la femme R. Quelque projet de festin, sans doute, quelque envie de déguster des volailles bien à point, surtout à bon marché ?
Toujours est-il que le soir de ce jour néfaste - on verra pourquoi - nos jeunes gens eurent deux mouvements, un bon et un mauvais. Le bon les amena chez la femme R. pour lui demander de leur vendre de la volaille. C'était à 9 heures du soir. Sur le refus de celle-ci, ils se retirèrent sans insister autrement.
Le mauvais mouvement, fut celui qui les amena une seconde fois chez la propriétaire des poules, cette fois avec l'intention de lui prendre de force ce qu'elle ne voulait pas vendre de gré.
Seulement, un garçon de 15 ans, domestique de la femme R., entendant du bruit dans l'écurie où couchaient les poules, agita une branche pour faire fuir les maraudeurs. En effet, nos larrons s'enfuirent sans consommer le larcin.
Lorsque le parquet eut vent de cette tentative de vol, Michel B., le seul reconnu sur l'heure, avoua et déclara que son complice était Barthélémy D.
Celui-ci comparaît seul à l'audience, Michel B. fait défaut.
La femme R. raconte qu'on lui demanda ce soir-là de vendre des poules, mais qu'elle s'y refusa.
Le président.- Vous avez en tout d'abord une bonne idée. Mais vous les avez poussés au vol par votre résistance. Ce n'est pas une raison évidemment, et ce n'est pas de votre faute ; mais c'est ce qui leur a inspiré cette mauvaise action. Saviez-vous pourquoi ils ont voulu vous voler des poules ?
Est-ce pour un repas, pour une fête ?
Le témoin.- Je ne sais pas...
Le président.- Les prévenus ont-ils une mauvaise réputation ?
Le témoin.- Oh ! non.
Le maire de Réal, témoin aussi, commence par déclarer qu'il ne sait pas grand'chose.
Le président.- Bien, ce sera plus vite dit, alors... La moralité des prévenus est-elle bonne ?
Le témoin.- Mais oui...
Le président.- Comment se fait-il que Michel B. ne soit pas venu à l'audience ?
Le témoi.- Ah ! vous savez, il a parti, il se gagne sa vie ; il pensait que ça serait rien. Voyez-vous, dans mon idée, je ne crois pas qu'ils sont allés là pour voler par exprés. Je ne crois pas qu'on ai pris, comme on dit, le bien d'autrui...
Le président.- Ah ! vous ne le croyez pas, vous !... Si on vous prenait des poules à vous, on vous les volerait, n'est-ce pas ?
Le témoin.- Mais certainement.
Le président.- Eh bien, alors, c'est ce qui s'appelle prendre le bien d'autrui.
Le domestique de la femme R. raconte qu'il a vu les deux individus s'introduire dans al galliner. L'un deux frotta des allumettes pour s'éclairer. Saisissant une branche et l'agitant, il réussit à leur faire prendre la fuite : - J'ai touché la branque, il se sont enfouis.
J'ai bien reconnu Michel B., l'autre non.
Le prévenu Barthélémy D. est tailleur d'habits à Réal. Il dit qu'il n'est pas allé le moins du monde chez la femme R.
Le président.- Vous aimez les poules, il paraît ? Ce n'est certes, pas défendu ; mais il faut payer celles dont on a envie...
Le prévenu.- Je n'y suis pas allé.
Le président.- Michel B. a été entendu par le juge d'instruction. Il a déclaré qu'il était coupable, et il a avoué que vous étiez son complice. Cela est d'autant plus croyable, que le domestique de la femme R. a vu deux larrons et non un. Il n'a pas intérêt à dire que c'est vous.
Le prévenu.- Je n'y étais pas. Je suis resté ailleurs avec un camarade. Puis je suis allé au café. J'en suis sorti à 9 heures.
Le président.- Mais la tentative de vol n'a été commise qu'à dix heures ! Le maire a déclaré, tout à l'heure, qu'il vous avait perdu de vue à 9 heures, en effet. D'ailleurs, vous avez été confronté devant le juge d'instruction avec Michel B. qui a soutenu énergiquement que vous étiez son complice. (S'adressant à la femme R.) Votre domestique vous a dit sur le moment, qu'il avait reconnu les deux ?
Le témoin.- Oui, il me l'a dit.
Le président au domestique.- Tout à l'heure, vous avez dit que vous n'aviez reconnu que Michel B. ; vous avez cependant dit le contraire à votre maîtresse ?
Le domestique baissant les yeux.- Je l'ai dit, mais ce n'était pas vrai...
Le président.- C'est bien. Le Tribunal appréciera.
Michel B. et Barthélémy D. sont condamnés chacun à 10 francs d'amende.

Vieux papiers des Pyrénées-Orientales
Envie d'une poule ?


Dans la même séance du tribunal de Prades, le journaliste rapporte également le procès du garde-champêtre de Tarerach, lui-même, pris en flagrant délit de chasse hors période autorisée ! Devant les témoignages contradictoires des habitants du village (dont l'adjoint au maire) et des gendarmes, le président du tribunal décide de se déclarer incompétent et le procès est renvoyé vers Montpellier.

Source : Le Progrès : journal de l'arrondissement de Prades du 17 février 1883 [domaine public], via le fonds numérisé de la Médiathèque de Perpignan.
Photo de Réal : Jack Ma [cc-by-sa] via Wikimedia Commons
Poule de l'Ampourdan (Gallina empordanesa) : Consell Comarcal del Baix Empordà [cc-by-sa] via Wikimedia Commons



Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner
en bas à droite de cette page dans la section Membres.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire