dimanche 20 mars 2016

Fièvre de la cerise à Céret en 1943

La cerise de Céret en temps de guerre

Vieux papiers des Pyrénées-Orientales

On peut lire dans Le Journal (Paris) du 2 juin 1943 un intéressant article de Louis Walter à propos de la célèbre cerise de Céret, première de la saison en France depuis au moins 1922. L'auteur de l'article s'est attaché à décrire tout le circuit de production, depuis la disposition des arbres, favorable aux voyageurs en train arrivant en gare de Céret, en passant par le tri des cerises effectué par les jeunes Cérétanes, qualifiées de « plus jolies femmes du Roussillon », et jusqu'à leur expédition vers Perpignan et toute la France. Mais en 1943 la guerre n'est pas finie et la population, tributaire des cartes d'alimentation, est aussi rationnée... pour les cerises.



Fièvre à Céret

capitale des cerises

...d'où sont expédiées chaque jour
vingt-cinq mille kilos de fruits
à travers toute la France


CERET, 1er juin.- La récolte des cerises touche à sa fin.Déjà, direz-vous ? C'est que « la » cerise de Céret est la première cerise de France, en date et en saveur. Elle mûrit de bonne heure. Alors que les brumes et les froids de l'hiver finissant ou du printemps qui ne se montre pas encore sévissent à Lyon et au-dessus de la Loire, les dépêches des journalistes perpignanais signalent la récolte des premières cerises de Céret.

Tous les ans, lors des processions de la Semaine Sainte, c'est le grand Christ de bois qui reçoit l'hommage de ces primeurs.

Au printemps, toute la région de Céret, qui porte le doux nom de Vallespir, se couvre de blancheurs. Ce sont les cerisiers qui sont en fleurs. Ils apparaissent dès que vous quittez la station thermale du Boulou et que vous dévalez vers la petite sous-préfecture, à travers les vignobles de Saint-Jean-Pla-de-Corts. Tous les contreforts des montagnes de l'Albère sont blancs. Les toits rouges de Céret tranchent seuls sur cette symphonie virginale dans laquelle se confond même la blanche plazza de toros.

Le long de la voie ferrée, les cerisiers font la haie. Lorsqu'un train circulait sur ces rails aujourd'hui inutiles, les voyageurs pouvaient cueillir des cerises sans quitter leur compartiment. Les cerisiers sont partout. Ils détachent leurs tendres silhouettes sur le lit du Tech, sous l'arche émouvante du Pont du Diable et dans les prés d'herbe grasse et mouillée de la route de Maureillas.

Cette année, la récolte a été inférieure d'un tiers à celle de l'an dernier. Mais, en compensation, la qualité a été supérieure. Toutefois, ne vous alarmez pas : malgré cette diminution, il y a déjà presque un mois que Céret expédie chaque jour vingt cinq mille kilos de cerises.

Cela en représente des échelles dressées sous les arbres et des bras levés pour détacher les bouquets de fruits et des corbeilles pleines portées par des processions de jeunes filles, ces Catalanes de Céret, les plus jolies femmes du Roussillon.


Vieux papiers des Pyrénées-Orientales
Le marché aux cerises de Céret à la fin des années 1920


Dans toutes les rues de Céret, on trie, on classe, on choisit. Les cerises sont en tas d'abord. Puis elle prennent place sous les doigts agiles des Cérétanes, dans des caissettes où elles s'alignent comme des confiseries de luxe, des bonbons rouges si luisants qu'on les dirait caramélisés. Ou bien, on emplit des cageots, des cagettes, des billots, formant, devant les magasins, d'impressionnantes fortifications. Et tout cela part, dans le tumulte des gazogènes, les éternuements des moteurs réticents, l'odeur néfaste du charbon et les grands cris des expéditeurs en chemise à manches courtes et en espadrilles, montant en pleine marche sur les camions sous le grand coup d'un soleil déjà estival.

A Perpignan-Ville, les cerises ont fait quelques apparitions sur le marché. Chacun en aurait voulu. Mais à un kilo de cerises par titulaire de carte d'alimentation, il aurait fallu cent tonnes par jour. Comme les répartiteurs doivent alimenter non seulement Perpignan, mais le reste des départements français, la capitale du Roussillon n'a pas été plus favorisée que Narbonne, Toulouse ou Lyon.

A Céret, le producteur a vendu ses cerises jusqu'au 10 mai à 15 francs le kilo. Du 10 au 15 mai, les cours ont été abaissés à 9 fr. 50. Aujourd'hui, on ne cueille plus que la cerise « Napoléon ». Malgré ce nom prometteur, il ne s'agit que du bigarreau blanc, qui se mélange avec les cerises ordinaires. Le tout est taxé à la production à 5 francs le kilo. Les agriculteurs cérétans, en raison de la modicité de leur récolte, estiment que ces prix n'ont pas été assez rémunérateurs. Ils doivent avoir raison. Mais le consommateur qui a payé, au détail, les cerises à 22 francs, 20 francs et 12 fr. 50 (dans les Pyrénées-Orientales), considère que c'est suffisant (pour lui). C'est une question de point de vue.


Louis Walter

Note sur l'auteur : Louis Walter a été un journaliste de L'Indépendant et effectue donc le reportage pour ce journal parisien. Il semble avoir été prisonnier de guerre en Allemagne (mais rapidement libéré) et reçoit le Prix de l'Académie (1000 francs) en 1944 pour son ouvrage Ceux des Stalags. Derrière les barbelés.

Source : Le Journal (Paris) du 2 juin 1943 (via Gallica) [domaine public]
Info Louis Walter : Ego 39-45
Photo : Bandeau issu du journal [domaine public]
Carte postale : Editions Cim (fin années 20) [domaine public]

Retrouvez ici tous les articles en rapport avec la cerise de Céret.



Ce blog vous intéresse ? Vous pouvez vous y abonner
en bas à droite de cette page dans la section Membres.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire